Accéder au menu principal
Blog Google France
Sécurité et Confidentialité

Protéger ce que nous aimons sur Internet : Le point sur nos efforts de lutte contre le piratage en ligne



Internet a permis à tous de se connecter, de créer et de distribuer de nouvelles œuvres comme jamais auparavant. Pour préserver cette économie créative, il est essentiel de veiller à ce que les créateurs et les artistes disposent d'un moyen de partager et de rentabiliser leur contenu — et d'empêcher le transfert de revenus vers ceux qui cherchent à pirater ce contenu. Aujourd'hui nous publions nos derniers chiffres sur ces efforts.

Notre rapport "Comment Google lutte contre le piratage" édition 2018, décrit les programmes, les politiques et les technologies que nous avons mises en place pour lutter contre le piratage en ligne et toujours offrir des opportunités aux créateurs du monde entier.

Nous investissons de manière significative dans la technologie, les outils et les ressources oeuvrant contre la violation du droit d’auteur sur nos plateformes. Nous travaillons également avec d'autres acteurs du secteur pour lutter contre le piratage. Ces efforts semblent porter leurs fruits: dans le monde entier, le piratage en ligne a diminué, tandis que la consommation de l'offre légale augmentent dans toutes les catégories de contenus.

Voici quelques-unes des conclusions du rapport sur le piratage de cette année:
Alors que nous poursuivrons ce travail dans les années à venir, cinq principes guident nos investissements substantiels dans la lutte contre le piratage:

Créer plus d’alternatives légitimes : le piratage survient souvent lorsqu'il est difficile pour les consommateurs d'accéder à du contenu légitime. En développant des produits permettant aux utilisateurs d'accéder facilement à ces contenus, tels que Google Play Music et YouTube, Google contribue à générer des revenus pour les industries créatives tout en donnant le choix aux consommateurs.

Suivre l’approche “Follow the money” : un moyen de combattre la grande majorité des sites dédiés au piratage en ligne consiste à réduire leurs sources de revenus. Nous empêchons les acteurs qui violent le droit d'auteur d'utiliser nos annonces et nos systèmes de monétisation, et nous appliquons ces règles de manière rigoureuse.

Être efficace, efficient et évolutif : nous nous efforçons de mettre en œuvre des solutions anti-piratage qui fonctionnent à grande échelle. Par exemple, dès 2010, nous avons commencé à investir de manière substantielle dans la rationalisation du processus de suppression du droit d'auteur pour les résultats de recherche. Conséquence de ces améliorations: ces procédures nous permettent de traiter les demandes de suppression de droits d'auteur pour les résultats de recherche au rythme de millions de dollars par semaine.

Une meilleure protection contre les abus : certains acteurs soumettent de fausses allégations de violation du droit d'auteur afin de supprimer du contenu qu'ils ne veulent pas voir en ligne. Nous nous engageons à détecter et à rejeter ces fausses allégations d'infraction, telles que des demandes de retraits pour des raisons politiques ou concurrentielles.

Assurer la transparence : Dans notre rapport de Transparence des Informations, nous divulguons le nombre de demandes que nous avons reçues des ayants droit et des gouvernements pour supprimer des informations de nos services.

Aujourd'hui, nos services génèrent plus de revenus pour les créateurs et les ayants droit, connectent de plus en plus plus de personnes aux oeuvres qu'elles aiment et nous faisons plus que jamais pour lutter contre le piratage en ligne. Nous sommes fiers des progrès présentés dans ce rapport. Grâce à des innovations et à des partenariats continus, nous nous engageons à réduire les infractions commises par les mauvais acteurs tout en faisant toujours plus pour les communautés qui créent les oeuvres que nous aimons sur Internet.
Posté par Cédric Manara, Responsable du droit d'auteur Cédric Manara Responsable du droit d'auteur

  • Plus de 3 milliards de dollars : montant que YouTube a versé aux ayant droits qui ont monétisé l'utilisation de leur contenu via Content ID, notre outil de gestion des droits d’auteur.
  • Plus de 100 millions de dollars : montant que nous avons investi dans la création de Content ID, notamment en termes de ressources techniques et de personnel.
  • Plus de 1,8 milliard de dollars : montant que YouTube a reversé en revenus publicitaires à l'industrie de la musique d'octobre 2017 à septembre 2018.
  • Plus de 3 milliards : nombre d'URL supprimées du moteur de recherche pour violation du droit d'auteur depuis le lancement de notre outil de notification pour les ayant-droits.
  • Plus de 10 millions : nombre d'annonces publicitaires retirées par Google en 2017 pour violation du droit d'auteur ou liées à des sites contrefaisants