Accéder au menu principal
Blogue Google Canada
Durabilité

Le Canada accélère son action pour le climat grâce aux données



Par la signature de l’Accord de Paris sur le climat dans la foulée de la COP21 de 2015, le Canada s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 30 % d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005. Partout au pays, des villes s’emploient à relever ce défi. Nombre d’entre elles se sont déjà dotées de leurs propres objectifs en matière de réduction d’émissions de GES, mais la détermination des activités à l’origine de ces émissions est complexe, chronophage et souvent coûteuse.

Pour aider les villes à relever ce défi, nous avons mis au point le Environmental Insights Explorer, un outil en ligne accessible gratuitement grâce auquel elles peuvent plus facilement mesurer leurs émissions, se fixer des objectifs climatiques et élaborer des plans d’action pour le climat. Mis au point en partenariat avec la Global Covenant of Mayors (GCoM), l’EIE a été lancé en 2018. Les premières données accessibles concernaient la ville de Victoria, en Colombie-Britannique.

Nous avons le plaisir d’annoncer aujourd’hui l’élargissement de l’accès à l’EIE à d’autres villes canadiennes, pour les aider à réduire leur empreinte carbone. « Google reste déterminée à œuvrer pour le développement durable et un avenir sans carbone, » explique Kate Brandt, chef du développement durable chez Google. « En simplifiant des données complexes pour les rendre compréhensibles, nous aidons les villes à contribuer à l’avènement d’une planète propre et saine pour tous. »

Analyse accélérée de l’état des lieux à l’échelle des villes

En analysant à la fois l’ensemble des données cartographiques mondiales et les facteurs d’émission de GES, l’EIE évalue les émissions de carbone des bâtiments et des transports à l’échelle des villes. Il permet en outre d’obtenir des données sur des points particuliers, comme les distances parcourues au moyen des différents modes de transport (automobile, transports publics, bicyclette, etc.), ou encore le pourcentage des émissions générées par les bâtiments résidentiels ou non résidentiels.

In text image

« En utilisant l’EIE pour comparer ses estimations des émissions de GES aux estimations de notre municipalité, le personnel multiplie ses chances de prendre des décisions éclairées conformes au plan d’action énergétique de la collectivité », explique Jamie Skimming, directeur des initiatives communautaires d’énergie de la Ville de London, en Ontario.

L’EIE fournit également des données relatives aux énergies renouvelables, proposant des cartes axées sur l’énergie solaire à l’échelle des villes pour les aider à évaluer la contribution potentielle de ce type d’énergie à la réduction des émissions. « La carte de l’EIE axée sur l’énergie solaire est particulièrement utile pour évaluer le potentiel de génération de ce type d’énergie par les bâtiments municipaux de London, comme les centres communautaires et sportifs », précise M. Skimming.

Fort d’une solide expérience en prestation de conseils énergétiques aux secteurs public et privé, le cabinet Dunsky Energy Consulting a aidé London et d’autres municipalités canadiennes à réduire considérablement les émissions de carbone engendrées sur leur territoire par les secteurs de l’énergie et des transports. « Nous sommes fiers de travailler avec Google dans le cadre de cette plateforme innovante qu’est l’EIE, » déclare le président de Dunsky Energy Consulting, Philippe Dunsky. « Nous sommes convaincus que l’EIE aidera les villes à déployer des stratégies fructueuses de réduction des émissions de carbone afin de devenir des chefs de file du combat pour un avenir placé sous le signe des énergies propres. »
L’obtention des données désormais fournies par l’EIE exigeait auparavant des mois d’études et l’investissement d’un grand nombre de ressources de la part des villes désireuses de se doter d’un plan d’action climatique. En utilisant les sources de données et calculs de Google pour dresser très rapidement un état des lieux complet à l’échelle d’une municipalité, l’EIE évite à celle-ci de recourir à un processus fastidieux et coûteux de collecte et d’analyse de données.

In text image

« À l’heure où nous souhaitons gagner en efficacité, l’Explorateur de données environnementales de Google nous permet de nous concentrer sur ce que nous devons faire pour contribuer à bâtir un avenir plus vert et plus intelligent », explique le maire de la Ville de Saskatoon, Charlie Clark.

Un engagement citoyen fondé sur des données scientifiques

« L’évaluation des émissions de gaz à effet de serre ne constitue qu’une pièce du puzzle », précise Rebecca Moore, directrice de Google Earth, l’équipe responsable de l’EIE. Pour atteindre leurs ambitieux objectifs de réduction des émissions, les villes doivent aussi se doter de stratégies qui conviennent à leurs résidents, si elles veulent que ces stratégies fonctionnent. « Elles peuvent par exemple, exploiter les données de l’EIE pour répondre aux questions du type “Comment réduire notre empreinte carbone en faisant en sorte qu’une partie des courts trajets en voiture s’effectue en vélo?”. » explique Mme Moore.

in text image

« Le lancement de cet outil de Google à Edmonton incite nos résidents à en apprendre davantage sur les sources de gaz à effet de serre dans notre ville, » affirme le maire d’Edmonton, Don Iveson. « Convivial et visuel, cet outil nous donne accès à d’importantes données qui peuvent nous aider à apporter les changements nécessaires à la création d’un avenir placé sous le signe du développement durable. »

Canada : la prochaine étape

L’action pour le climat passe par le rassemblement des acteurs en la matière que sont les villes, chargées d’élaborer des stratégies et des plans d’action, les décideurs, chargés de créer les conditions favorables à la mise en œuvre de ces plans, ainsi que les entreprises et les services publics, chargés de l’exécution des projets. L’élargissement de l’accès aux données de l’EIE à un nombre accru de villes canadiennes engendrera un écosystème propice à la concrétisation des plans d’action pour le climat.

La directrice générale de la GCoM, Amanda Eichel, résume parfaitement les choses : « Fers de lance d’un combat mondial sans précédent, les villes ont besoin de toutes les données nécessaires pour prendre des décisions éclairées face à la crise climatique. »

L’EIE vise à aider les villes canadiennes à concrétiser leurs ambitions en matière d’action pour le climat. Son élargissement à un nombre accru de villes canadiennes est une nouvelle étape de l’important processus destiné à les aider à contribuer à un avenir marqué par une réduction des émissions de carbone.