Skip to main content
Africa Blog

Learning & Education

Google Science Fair 2016: #howcanwe make things better with science?



Editor’s note: The 2016 Google Science Fair opens for submissions today. Together with LEGO Education, National Geographic, Scientific American and Virgin Galactic, we’re inviting all young explorers and innovators to make something better through science and engineering. To learn more about the competition, how to enter, prize details and more, visit the site, and follow along on Google+  and Twitter.

In this post, 2015 Grand Prize winner, Olivia Hallisey, joins us to reflect back on her own experience with Google Science Fair.

Google Science Fair 2016: #howcanwe make things better with science?

I remember the day I first heard about the Google Science Fair last year. I was sitting in my 10th grade science class when my teacher asked us: “What will you try?” I loved the invitation—and the challenge—that the Google Science Fair offered. It was a chance to use science to do something that could really make a difference in the world.

I had always been curious and interested in science, and knew I wanted to submit a project, but didn’t really know exactly where to begin. I asked my teacher for his advice on selecting a research topic. He encouraged me to choose something that I felt passionate about, or something that outraged me, and told me to look at the world around me for inspiration. So I did. At that time, the Ebola crisis was all over the news. It was a devastating situation and I wanted to help be a part of the solution. I had found my project.

With the outbreak spreading so quickly, I decided that I wanted to find a way to diagnose the virus earlier so that treatment could be delivered as quickly as possible to those who were affected. I read online about silk’s amazing storage and stabilizing properties, and wondered if I could use silk to transport antibodies that could test for the virus. After many failed attempts (and cutting up lots of cocoons) I finally succeeded in creating a temperature-independent, portable, and inexpensive diagnostic test that could detect the Ebola virus in under 30 minutes. I was really excited that my research could help contribute to saving lives, and I was proud to be selected as the Grand Prize winner a few months later.

As the 2016 Google Science Fair launches today, I wanted to share a few tips from my own experience: First, as my teacher once guided me to do, look at the world around you for ideas. If you’re stuck, try the Make Better Generator to find something that excites or inspires you. Second, find a mentor who’s interested in the same things as you. There are a lot of helpful ideas on the GSF site to get you started. And finally, don’t get discouraged—often what first appears like failure can teach you so much more.

I urge other teenagers like me to take this opportunity to find a way to make the world around them better. Every one of us, no matter our age or background, can make a difference—and as young people, we’re not always so afraid to try things that adults think will fail. But change doesn’t happen overnight, and it often starts with a question. So look at the world around you and challenge yourself to make something better.

Google Science Fair 2016: #howcanwe make things better with science?
10:25

Science isn’t just a subject—it’s a way to make things better. So I hope you’ll join the conversation and enter the Google Science Fair this year. Our world is waiting to see what you come up with!

Google Science Fair 2016: #howcanwe make things better with science?

Posted by Olivia Hallisey, 2015 Grand Prize winner, Google Science Fair

====


La fête de la science Google 2016 : #howcanwe améliorer les choses grâce à la science ?


Note de l'éditeur : Les inscription à la
Fête de la science Google 2016 s'ouvrent aujourd'hui . En collaboration avec LEGO Education, National Geographic, Scientific American et Virgin Galactic, nous invitons les jeunes explorateurs et innovateurs à améliorer quelque chose dans le monde via la science et l'ingénierie. Pour en savoir plus sur le concours, comment y participer, les prix offerts, etc., rendez-vous sur le site, et suivez-nous sur Google+ et Twitter.

Dans ce blog,
Olivia Hallisey, lauréate du Grand Prix 2015, nous fait part de son expérience à la Fête de la science Google.

Je me souviens du jour où j'ai entendu parler pour la première fois de la Fête de la science Google l'année dernière. J'étais dans ma classe de 10e lorsque le professeur nous a demandé : « Qu'allez-vous tenter de faire ? » J'ai adoré l'invitation—et le défi —que proposait la Fête de la science Google. C'est l'occasion de se servir de la science pour réaliser quelque chose qui allait vraiment faire une différence dans le monde.

J'ai toujours été curieuse et intéressée par la science, et je savais que je voulais soumettre un projet, mais je ne savais pas précisément par quoi commencer. J'ai demandé conseil à mon professeur pour trouver un sujet de recherche. Il m'a incité à choisir quelque chose qui me passionnait, ou quelque chose qui me révoltait, et m'a conseillé de regarder autour de moi pour trouver l'inspiration. C'est ce que j'ai fait. À l'époque, l'épidémie Ebola faisait la une de tous les médias. La situation était catastrophique et je voulais aider à résoudre la crise. J'avais trouvé mon projet.

Avec une épidémie qui se propageait très rapidement, j'ai décidé que je voulais trouver un moyen de détecter la présence du virus plus en amont de sorte que le traitement puisse être fourni aussi vite que possible à ceux qui en étaient atteints. J'ai consulté en ligne des documents parlant des étonnantes propriétés de stockage et de stabilisation de la soie, et je me suis demandé si je pouvais utiliser la soie pour transporter les anticorps susceptibles de détecter la présence du virus. Après plusieurs tentatives infructueuses (et la découpe de montagnes de cocons), j'ai enfin réussi à créer un test non sensible à la température, transportable et peu cher, capable de détecter la présence du virus Ebola en moins de 30 minutes. J'étais vraiment heureuse que mes recherches puissent contribuer à sauver des vies, et fière d'être sélectionnée pour le Grand Prix quelques mois plus tard.

Alors que la fête de la science Google 2016 est lancée aujourd'hui, je voulais partager quelques conseils issus de ma propre expérience : D'abord, comme me l'a conseillé mon professeur, regardez le monde autour de vous pour trouver des idées. Si vous êtes bloqué, essayez le Générateur d'idées géniales pour trouver une idée qui vous passionne ou vous inspire. Ensuite, trouvez un tuteur qui s'intéresse à la même chose que vous. Il y a plein d'idées sur le site GSF pour vous aider à démarrer. Enfin, ne vous découragez pas —ce qui apparaît à première vue comme un échec peut vous apprendre beaucoup.

J'incite tous les jeunes de mon âge à saisir cette occasion de rendre le monde meilleur autour d'eux. Chacun de nous, quels que soient son âge et sa culture, peut faire une différence—et comme nous sommes jeunes, nous n'avons pas autant que les adultes peur de l'échec. Mais les choses ne changent pas du jour au lendemain, et cela commence souvent par une question. Alors, regardez le monde autour de vous et relevez le défi d'améliorer quelque chose.

La science n'est pas seulement un objet d'étude —c'est un moyen d'amléiorer le monde. J'espère donc que vous allez rejoindre la conversation et participer à la Fête de la science Google cette année. Le monde attend de voir ce que vous allez lui apporter !

Publié par Olivia Hallisey, lauréate du Grand Prix 2015, Fête de la science Google